AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Chéri, il faut qu'on parle - PV CLAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lula I. Kennedy

avatar

◮ POSTS : 53
◮ AGE : 26
◮ CREDITS : SUGARMAFIA//MILKY ❤
◮ MOOD : BAD, VERY BAD...


I'M NOT JAMES BOND
◮ AGE DU PERSONNAGE: 26 YEARS OLD
◮ ADDRESS BOOK:
◮ PECULIARITIES:

MessageSujet: Chéri, il faut qu'on parle - PV CLAY    Sam 20 Nov - 16:27




Je mettais remise à la traque de mon mari, après l’avoir fuit pendant quelques temps. Surement pensant qu’il finirait par oublier notre querelle si c’était moi qui venais à sa rencontre. Ainsi, je me rendis dans un premier temps à notre ancienne demeure, où je trouvais les lieux dans un piteux état. Chose qui ne m’étonna pas, puisque Clay avait toujours été un grand bordélique, et je m’étais toujours dit que le jour où je le laisserais gérer la maison, il y aurait des fuites d’eaux et je me serais crue à Bagdad après le règne de Sadam Hussein. Je retrouvais des verres d’alcool déposés sur ma jolie table basse sans dessous de verres, ce qui a une époque m’aurait fait sortir de mes gants. Je retrouvais des morceaux de pizza un peu partout, même sur l’accoudoir du canapé lorsque je me dirigeais vers le téléphone et appuya sur ‘bis’ pour être informé de ses derniers appels.

C’est comme ça que je me suis retrouvée en femme d’étage à faire semblant de ranger les chambres. L’avantage de travailler pour des sociétés secrètes c’est qu’on apprend un peu à tout faire. Et j’en savais déjà beaucoup plus qu’un étudiant diplômé d’Harvard, et qui préparé en parallèle un doctorat chez Yale. Non, il faut dire que nous les agents secrets, on était plus intelligent que le restant du commun des mortels. Bon, revenant à nos moutons, l’instant de la gloire a assez duré. J’avais donc réussi à détourner les caméras à l’entrée, quant à ceux de l’étage de Clay, il s’en était déjà chargé. De vous à moi j’étais très anxieuse de me retrouver face à face avec Clay, mais il valait mieux pour moi de rester son épouse, si je voulais rester sur le sol américain jusqu’à que Kaos obtienne ce qu’il veut. J’avais passé la nuit entière à réfléchir comment j’allais pouvoir arranger les choses. Non, parce que je m’en doutais bien que la boulette que j’avais fait été irréparable, et il fallait que je fasse preuve de ruse pour que Clay décide enfin à me pardonner.

Ce n’était surement pas demain la veille que cela risquait de se produire, et j’en étais consciente. Je n’avais pas beaucoup de temps pour lui parler, parce que la pauvre femme que j’avais assommée et cachée dans le vide ordure n’allait pas tarder à se reveiller. Il fallait donc que je fasse vite, je rangeais ses vêtements dans mon sac pour enfiler une robe que j’avais achetée autrefois avec Clay – tout cela à l’abris de caméra – puis, je m’introduisais sans faire de bruit dans sa chambre. Ou du moins, en ouvrant la porte je ne fis aucun bruits, j’évitais aussi les pièges que Clay installé à chaque fois par précaution (l’avantage d’avoir vécu plus d’une année ensemble, mais bien entendu j’oubliais de faire attention au vase sur la commode de sa jolie suite. Et en deux temps, trois mouvements, mon ex mari ne tarda pas à arriver, flingue chargé à la main.

Je sais que ça peut paraitre bizarre, mais des idées peu catholiques me traversèrent l’esprit alors que j’étais à deux doigts de mourir. C’est vrai qu’il était si mignon avec son pistolet, enfin je sais pas… C’est les hormones peut être. Je ne l’avais pas vu depuis presqu’un mois, comprenez donc que j’avais encore quelques sentiments pour lui. Je levais donc les mains, bien que j’aurais pu récupérer mon armes assez rapidement : « Hého Mollo avec ça ! » Dis-je presqu’ironiquement. Non, Clay n’avait rien de méchant. J’avais eu à faire à des tueurs à gages bien plus dangereux que ça, et puis il s’agissait de Clay. Bien qu’il me détestait depuis qu’il avait découvert ma réelle identité, je savais qu’il était bien plus attachée à moi que son fichu job, ou du moins je l’espérer quand même…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clay S. Kennedy

avatar

◮ POSTS : 105
◮ AGE : 24
◮ CREDITS : Dodixe
◮ MOOD : Moody


I'M NOT JAMES BOND
◮ AGE DU PERSONNAGE: 30 ans
◮ ADDRESS BOOK:
◮ PECULIARITIES:

MessageSujet: Re: Chéri, il faut qu'on parle - PV CLAY    Dim 21 Nov - 18:32


Lula&Clay

« chéri, il faut qu'on parle. »
c. livejournal

Encore une mission pour l’agent 69, c’est-ce qui avait poussé Clay dans un hôtel de Washington, c’était un peu étrange pour Clay de louer une chambre d’hôtel dans la ville dans laquelle il vit, mais bon, pour sa mission, il devait être dans cet hôtel, alors il c’était fait à l’idée de rester dans le dit hôtel plutôt que dans sa maison. En y réfléchissant bien, la seule que sa maison avait de plus que cette chambre c’était de l’espace inoccupé. Vivant seul depuis qu’il avait mit sa femme à la porte, il ne lui restait plus qu’une grande maison vide, un chien et ses fidèles consoles de jeux, le passe temps favoris du célibataire ! D’ailleurs, ses consoles, il ne les avaient pas emmenées jusqu’à l’hôtel, du moins pas toutes, ils s’était contenté de celles qu’ils pouvaient facilement emporter avec lui c’est-à-dire les consoles portable et les autres étant chez lui, elles faisaient aussi parties des choses que sa maison avait en plus par rapport à la chambre d’hôtel. Enfin bon, Clay savait bien qu’il fallait se séparer de ses passes temps quand il devait bosser, d’ailleurs il trouver ça bien dommage, parce que la soirée à laquelle il devait assister sous les ordres de CONTROL aurait lieu seulement le lendemain mais on lui avait dit de venir à l’hôtel plus tôt histoire de prendre ses repères. C’était un peu débile mais bon, il avait exécuté les ordres, en râlant certes, mais il l’avait quand même fait. Il avait réservé sa chambre la veille par téléphone - d‘ailleurs le numéro de l‘hôtel était toujours, à l‘heure actuelle le dernier numéro en mémoire dans le téléphone - , il était arrivé le matin dans l’hôtel, s’était installé puis il avait passé une majeure partie de sa journée à se balader dans l’hôtel histoire de prendre ses repère, naviguant de couloirs en couloirs, d’étages en étages et de pièces en pièces pour enregistrer le plan de l’hôtel dans un coin de sa cervelle. Ceci fait, il était rentré dans sa chambre étudiant avec soin le dossier de la mission histoire d’être prés pour les évènements qui se dérouleraient le soir suivant, qui normalement ne devraient pas être trop compliqués, mais s’il échouait encore cette mission, il était sûr que lors de sa prochaine mission on le renverrait encore une fois dans un coin paumé des États-Unis pour s’occuper de cambrioleurs d’épiceries taguant « KAOS » sur les murs avec du blanco ! Autant dire qu’il avait envie de réussir cette fichue mission pour ne pas se retrouver encore dans une mission pourrie comme il en avait déjà connue pas mal, selon lui, les mission toutes pourries et ayant bien moins d’utilité qu’une petite cuillère lors d’un combat à distance - notez que la comparaison est assez stupide, mais la joueuse avait pas mieux sous la main - aux nouvelles recrues, lui n’était peut être pas au sein de CONTROL depuis dix ans mais quand même, les gang de terroristes spécialisés dans l’interception des armes à eau ça allait bien cinq minutes, il avait d’autres chats à fouettez qu’une bande de bon à rien, donc demain soir il devait prouver qu’il n’était pas lui aussi un vulgaire bon à rien mais un agent digne de ce nom, ou du moins, presque digne de ce nom. Pour l’heure, avant la dite mission, il avait du temps à tuer, après avoir lu le dossier tellement de fois qu’il le connaissait par cœur, il prit un diner rapide, avant de préparer ce sont il avait besoin pour la mission en question. Il devait se fondre dans la masse de gens fortunés qui seraient présent à l’hôtel le soir suivant, au final, il avait lui-même pas mal de fric, merci CONTROL, mais il n’avait jamais vraiment trouvé utile de mettre des millions de dollar dans un costume, il n’y en avait qu’un seul pour lequel il avait mit une somme d’argent assez conséquente, c’était celui de son mariage, c’est d’ailleurs celui là qu’il avait emmené avec lui pour la dite soirée, il le sortit donc de sa valise, il était encore dans la protection plastique dans lequel l’heureuse élue pour qui il avait porté ce costume la première fois l’avait rangé quand ils avaient emménagés ensemble. C’était la première fois qu’il le ressortait depuis le mariage alors il était encore repassé, c’était vraiment parfait et comme il n’avait plus aucune valeur sentimentale à ses yeux il ne serait même pas attristé si jamais une coupe de champagne venait se renverser sur sa belle chemise à deux milles dollars ! Bref, il accrocha le cintre au porte manteau à l’entrée de la chambre avant d’aller regarder un peu la télévision, vous remarquerez que le temps de préparation a quand même était sacrément court ! Quoi il en soit, la soirée passait alors qu’il regardait un film plus ou moins intéressant qu’il avait déjà vu plusieurs fois ce qui lui donnai parfois l’impression d’avoir déjà vu tous les films plus ou moins intéressant existant ou du moins, diffusés sur le petit écran, une heure du matin et quelque passé, Clay se décida à aller prendre sa douche avant d’aller se coucher !

Bien sûr, avant d’aller dormir, Clay avait pris le soin de se mettre en sécurité, piège discret et dispositifs antieffraction en tout genre, un flingue sous l’oreiller et le jeune homme pouvait dormir sur ses deux oreilles. C’est du moins ce qu’il pensait avait d’être réveillé par l’un des fameux dispositif, attrapant son flingue, Clay s’était rapidement levé de son lit pour pointé son arme sur l’intrus avant d’allumer la lumière. L’intrus en question était bien la dernière personne qu’il désirait voir. Il s’agissait de Lula Kennedy, et Kennedy pour un laps de temps que Clay aurait voulu être le plus court possible ! Et oui, Lula était la femme de Clay, celle qui l’avait trompé avec un autre homme mais qui en plus faisait partie de KAOS alors que Clay lui travaillait pour CONTROL elle était donc dans le clan ennemi, elle était donc de loin sa pire ennemie ! Ce qu’elle faisait là, il l’ignorait et ça l’agaçait d’être réveillé au beau milieu de la nuit par la dite Lula. En plus, il n’avait pas eu le temps de se fringuer, alors il n’avait sans doute par l’air crédible en bas de jogging et torse nu - la joueuse pense qu’il au contraire TRÈS crédible vêtu ainsi xD. Il soupira face à la jeune femme, ne prenant pas le soin de baisser son arme malgré les paroles de la jeune femme. Continuant de pointer son arme sur la jeune femme il fouilla rapidement la jeune femme - avec ses doigts experts, comment la joueuse est trop dans son délire xD - pour lui prendre son arme, en ôter la cartouche - la joueuse est pas sûr que son vocabulaire soit très adapté elle ne connait pas le nom de la partie du flingue qui continent les munitions - et balancer les deux parties du flingue plus loin.

« Qu’est-ce que tu fout ici au beau milieu de la nuit Lula ? Si c’est pour me rendre les papiers du divorce, ça fait tellement longtemps que tu attends que tu aurais quand même pu attendre un jour ou deux au lieu de débarquer comme ça au beau milieu de la nuit … »

Le jeune homme continua de fixer celle qui a l’heure actuelle était encore son épouse, gardant toujours son arme pointée sur elle. Il aurait pu appuyer de suite sur la gâchette au moins il aurait été veuf, donc plus de soucis avec cette histoire de divorce et il aurait en plus éliminé un agent de KAOS, deux pierres d’un coup ! Seulement, tirer sur une nana au beau milieu de la nuit, c’était quand même un peu moyen comme discrétion, et il devait rester discret s’il voulait réussir cette mission. Espérons que la présence de Lula ne vienne pas gâcher ce pourquoi il s’était si bien préparer, dieu seul sait à quel point Clay détesterait Lula si en plus de tout ce qu’elle lui avait fait subir jusqu’à présent, elle était responsable de l’échec de sa mission et que par sa faute il se retrouvait condamné aux missions stupides et inutiles …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Chéri, il faut qu'on parle - PV CLAY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SHOW ME YOUR BADGE  :: SOUTHWEST AND SOUTHEAST OF WASHINGTON D.C. :: HILTON WASHINGTON-
Sauter vers: